dimanche 7 octobre 2018

Le jour où j’ai surpris Michel Vovelle

Michel Vovelle
Michel Vovelle (1933-2018

 

 

le jour où j’ai surpris Michel Vovelle

 

La mort de ce grand historien me rappelle un souvenir personnel datant de 1986.

Aujourd’hui, les débats sur la Révolution française n’occupent guère la vie de l’esprit. Ce n’était pas le cas dans les années 1980. La longue domination intellectuelle de l’école jacobine et marxisante (Mathiez, Lefebvre, Soboul, Mazauric) avait été remise en cause par Furet et, avant lui, par l’historien anglais Alfred Cobban dès 1964. Il en était résulté des controverses passionnantes. Et l’approche du bicentenaire poussait aux recherches et aux publications.

En 1986, je soutenais mon DEA sur les questions de féodalité et de seigneurie d’Ancien Régime. La féodalité médiévale était bien cernée, celle des XVIe-XVIIIe siècle beaucoup moins. On la confond souvent avec la seigneurie. Or celle-ci couvre tous les rapports de domination liés à la terre, alors que la féodalité ne met face à face que les éléments des groupes sociaux dirigeants, par les modalités symboliques de la foi et de l’hommage et par le système des fidélités et des clientèles.

Bref, je soumettais un flot d’hypothèses aux deux examinateurs de mon DEA : Jean Jacquart, grand spécialiste de l’histoire rurale, et Michel Vovelle, alors directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française, tous deux professeurs à Paris I-Sorbonne. J’ai conservé les notes prises lors de la discussion.

Quand Soboul démarquait Georges Lefebvre

J’en viens à la surprise de Michel Vovelle.

Elle fut provoquée quand je démontrais le démarquage par Albert Soboul (1914-1982) d’une formule de Georges Lefebvre (1874-1959), trahissant la pensée de ce dernier.

Lefebvre tenait à l’idée d’une révolution paysanne anti-capitaliste et anti-bourgeoise. Soboul tenait pour une vision plus unifiante de la Révolution avec une alliance de classe entre bourgeoisie et paysannerie, une coïncidence de buts.

Dans son article «La Révolution française et les paysans» (1934) republié dans Études sur la Révolution française (1963), Georges Lefebvre écrivait :

- «il y a une RÉVOLUTION paysanne qui possède une autonomie propre quant à son origine, à ses procédés, à ses crises et à ses tendances».

Dans son Précis d’histoire de la Révolution française (1972), Soboul écrivait :

- «Georges Lefebvre (…) démontra que dans le cadre de la révolution bourgeoise, se développa un COURANT paysan possédant son autonomie propre quant à son origine, ses procédés, ses crises et ses tendances».

Ainsi, la «révolution paysanne» était subrepticement devenue un «courant paysan»…!

Soboul en rajoutait même : «il est cependant nécessaire de souligner nettement que l’objectif fondamental du mouvement paysan coïncidait avec les buts de la révolution bourgeoise».

Il s’agissait d’une dénaturation explicite de la pensée de Georges Lefebvre qui, au contraire, avait écrit :

- «jusqu’au 14 juillet, la bourgeoisie n’avait eu ni le temps ni le goût de s’attaquer à la dîme et aux droits féodaux ; or, les paysans ont commencé, dès le mois de mars, à se soulever contre leurs seigneurs et à refuser les redevances, bien avant la prise de la Bastille ; à la nouvelle des événements de Paris, ils se sont révoltés spontanément, prenant en mains leur propre cause, au grand mécontentement de la bourgeoisie qui, en plusieurs endroits, s’est chargée de la répression».

L’alliance de classe entre la bourgeoisie et la paysannerie était clairement récusée par Lefebvre.

L’escamotage sémantique de Soboul avait étonné Michel Vovelle qui en avait souri.

Je n’ai évoqué ce point d’histoire que parce que la mort de Vovelle m’a fait revenir en mémoire, outre son immense savoir, sa personnalité sympathique et son ouverture d’esprit. Mais une étude historiographique de l’école jacobine marxisante révélerait probablement d’autres contradictions.

Michel Renard

 

Michel Vovelle et Jean Jacquart
les deux membres de mon jury de DEA (1986) : Michel Vovelle et Jean Jacquart

 

Lefebvre et Soboul, couv

 

Georges Lefebvre et Albert Soboul
Georges Lefebvre (1874-1959) et Albert Soboul (1914-1982)

 

Cobban et Furet, couv

 

Alfred Cobban et François Furet
Alfred Cobban (1901-1968) et François Furet (1927-1997)

 

 

- retour à l'accueil

lundi 1 octobre 2018

la mort d'Antoine Sfeir (Michel Renard)

AVT_Antoine-Sfeir_1428

 

 

la mort d'Antoine Sfeir

hommage et témoignage

 

Je suis triste d’apprendre la mort d’Antoine Sfeir. Le courage et la lucidité, la convivialité et le sens de l’amitié caractérisent ce que fut cet homme, passeur entre les cultures. Il avait de très nombreux amis, dans des cercles larges, chacun témoignera. Je l’ai bien connu également, dans des circonstances diverses.

Comme il avait créé les Cahiers de l’Orient, il m’avait proposé la direction de Cahiers de l’islam en me laissant toute la liberté voulue. J’ai fini par décliner un travail qui m’avait déjà beaucoup demandé quand j’avais créé la revue Islam de France.

Il aurait fallu m’y consacrer à temps plein alors que je ne pouvais quitter mon emploi de professeur d’histoire. Et les forces intellectuelles n’existaient pas en nombre suffisant, sur la scène française, pour décrypter en termes de sociologie politique et d’analyse de l’héritage islamique – et sans concessions - les dynamiques religieuses de l’islam dans notre pays.

Les Cahiers de l’islam tels que souhaités par Antoine Sfeir n’ont pas vu le jour. Une revue homonyme a été créée en 2013. Il n’est pas certain que la nocivité de l’islamisme y soit perçue avec la même perspicacité que celle d’Antoine Sfeir.

En 2003, il m’avait demandé de témoigner en sa faveur lors du procès de Lyon qui l’opposa à Tariq Ramadan. Antoine Sfeir avait évoqué le «double langage» de Ramadan. Ce dernier a perdu son procès, la cour d’appel de Lyon ayant confirmé la relaxe d’Antoine Sfeir le 22 mai 2003.

Ce procès révélait d’étonnantes lignes de partage avec une Gauche déjà engagée aux côtés de l’islamisme. Ramadan avait en effet pour témoins : Michel Morineau de la Ligue de l'Enseignement, Françoise Germain-Robin, du quotidien L'Humanité, et Alain Gresh, rédacteur en chef du Monde diplomatique.

Antoine Sfeir était soutenu par : Soheïb Bencheikh, grand mufti de Marseille ; Rachid Kaci président de la Droite Libre ; Richard Labévière, journaliste à RFI ; la démographe Michèle Tribalat et moi-même.

Pour appuyer le propos d’Antoine Sfeir, j’avais montré au tribunal la duplicité de Tariq Ramadan disant approuver la laïcité en France tout en manifestant sa fidélité au programme totalitaire de son grand-père Hassan al-Banna, fondateur des Frères Musulmans. Je livrais le texte de ce programme que nous avions traduit et publié trois ans plus tôt.

Dans le train qui nous menait à Lyon, je me souviens qu’Antoine Sfeir, préoccupé par l’audience à venir, ressentait à nouveau des douleurs au bout des doigts. Là où ses tortionnaires et geôliers palestiniens l’avaient torturé en 1976 à Beyrouth, en lui arrachant les ongles.

Un jour, il m’avait invité à le voir dans le local de sa revue, ne m’indiquant que la station de métro où je devais descendre. Arrivé, je l’appelle, il me dit : «attends, je t’envoie quelqu’un en voiture». L’un de ses amis libanais me conduit à travers les rues de Paris conduisant avec une fougue qui ne me rassurait guère : «pas de panique, j’étais chauffeur à Beyrouth pendant la guerre civile», me dit-il.

Antoine Sfeir n’a jamais paniqué face à la montée de l’islamisme en France, il y opposait son intelligence des situations et son désir de vérité. Cette acuité d’esprit, il l’avait cher payée.

Adieu Antoine. Ton absence nous attriste mais ton souvenir nous encourage.

Michel Renard

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 31 mai 2018

Des héros de la Révolution à Mamoudou Gassama : que signifie la naturalisation au mérite ?

1126821-emmanuel-macron-recevant-mamoudou-gassama-apres-son-sauvetage-d-un-enfant-de-4-ans

 

Des héros de la Révolution à Mamoudou Gassama :

que signifie la naturalisation au mérite ?

Michel Renard

 

FIGAROVOX/TRIBUNE – Mamoudou Gassama, qui a sauvé un enfant sur un balcon à Paris, sera naturalisé français. Cette «citoyenneté d’honneur» était déjà prévue par une loi de 1792, selon l’historien Michel Renard, qui en interroge la pertinence à l’heure de l’immigration de masse.

 

plaque Thomas Paine, rue de l'Odéon

 

Devenir français à titre de récompense ou à titre d’honneur n’est pas nouveau. Encore faut-il mesurer les motivations de cette décision politique qui sanctifie plus souvent le symbole qu’elle n’évalue la portée manifeste de ses conséquences.

Par une loi d’août 1792, la Révolution française accordait le titre de citoyen français à «des hommes qui, par leurs écrits et par leur courage, ont servi la cause de la liberté, et préparé l’affranchissement des peuples, [et] ne peuvent être regardés comme étrangers par une Nation que ses lumières et son courage ont rendue libre».

Mais comme ce titre n’était lié à aucune des obligations habituelles (résidence en France et prestation du serment civique), la mesure restait emblématique. C’était une citoyenneté d’honneur, marque de l’horizon universaliste des Jacobins, sans plus d’implication. Furent de la sorte distingués des Américains, des Anglais, des Allemands, des Polonais : Thomas Paine, George Washington, Jeremy Bentham, Anacharsis Cloots, Thadée Kosciuszko et d’autres encore.

loi annulée par la Convention

On oublie souvent que la Convention annula de fait cette loi par les décisions du 5 nivôse an II (2 décembre 1793) : «Tous les individus nés en pays étrangers sont exclus du droit de représenter le peuple français», et Les citoyens nés en pays étrangers qui sont actuellement membres de la Convention nationale ne pourront à compter de ce jour participer à aucune de ses décisions».

L’image généralisante se heurtait aux réalités concrètes des conflits qui opposaient la France aux puissances européennes.

francisation de cœur reconnue

Dans un autre sens, le 26 octobre 1870, le gouvernement dit de «Défense nationale» décrète que les étrangers qui auront pris part à la guerre aux côtés de la France seront naturalisés sans délai. Or, les Allemands constituaient la première colonie étrangère à Paris (70.000 personnes) et voyaient grandir la suspicion à leur égard. De nombreux Allemands déposèrent donc des dossiers de naturalisation en référence à cette loi exceptionnelle, arguant de leur participation à la Garde nationale ou de leur mariage avec une Française (voir l’article de Mareike König, «Les immigrés allemands à Paris, 1870/71», éd. Mémoire-Génériques, 2010).

Dans ce cas, la loi a précipité une francisation de cœur et le choix d’une patrie d’adoption déjà effectuée. Ce qui ne recoupe pas la conjoncture présente.

le cas des légionnaires

Plus près de nous, en 1999, une polémique a opposé au garde des Sceaux, la socialiste Elisabeth Guigou, la droite soutenant les revendications des légionnaires. Avant de naturaliser automatiquement un légionnaire blessé en mission, la Chancellerie souhaitait pouvoir vérifier son «degré d’attache avec la France». Le symbole du «sang versé» ne semblait pas suffisant. Le héros n’était pas immédiatement reconnu tel. On va plus vite aujourd’hui. Le 30 novembre 1999, le député Claude Goasguen s’exclamait en séance à l’Assemblée : «J’étais pour moi persuadé que servir dans la Légion donnait droit à l’acquisition de la nationalité française ; comme beaucoup de nos compatriotes, j’ai été surpris d’apprendre que ce n’est pas le cas, même pour ceux qui ont été blessés. Les dossiers s’accumulent dans des administrations dont les fonctionnaires n’ont jamais connu le feu».

Finalement, les parlementaires socialistes déposèrent une proposition de loi qui allait dans le même sens que celui de l’opposition et la garde des Sceaux s’y rallia non sans susciter les sarcasmes pour sa volte-face. La loi ne concernait que quelques cas par an.

l'instrumentalisation de Mamoudou Gassama

En France, 66.654 étrangers ont été naturalisés par décret en 2017, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Ils ont, en principe, répondu à des exigences juridiques et d’assimilation en matière linguistique et de connaissances de l’histoire et de la culture françaises.

Le Malien Mamoudou Gassama est une «exception», souligne le président Macron. Peut-être. Mais n’est-il pas prisonnier d’une campagne d’opinion qui vante les mérites de l’immigration de masse en France et tait toutes les violences et les impossibles défis qui l’accompagnent ?

Mamoudou Gassama semble être celui qui devrait effacer ce qu’on ne veut pas voir. Tâche dont à lui seul, bien sûr, il ne s’acquittera pas. Comment ne pas opposer l’incroyable écho du geste du jeune Malien et la désolante pudeur devant les morts de soldats français, au Mali, par exemple?

L’instrumentalisation d’une naturalisation pour «héroïsme» a déjà fonctionné avec Lassana Bathily lors de la prise d’otages à l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, le 9 janvier 2015. On pétitionnait pour qu’il obtienne la naturalisation immédiate. Ce qui fut le cas. Mais si Manuel Valls avait uniquement salué «l’acte de bravoure», le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, n’hésitait pas à déclarer que Lassana Bathily était «devenu le symbole d’un islam de paix et de tolérance».

À naturaliser des symboles, on risque de passer à côté des courants profonds de l’histoire concrète et de ses périls.

Michel Renard
28 mai 2018

Source : Le Figaro.fr

 

remise décret naturalisation région Centre mai 2018
cérémonie de remise de décret de naturalisation, mai 2018 (source)

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 18 septembre 2014

Petite histoire du modèle social français à destination de Pierre Gattaz

 

 

Petite histoire du modèle social français

à destination de Pierre Gattaz

 Michel Renard

 

FIGAROVOX/TRIBUNE - Pour l'historien Michel Renard, le modèle social français, décrié par Pierre Gattaz, et défendu par Manuel Valls fait partie de l'identité nationale.

 

70 ans Sécu drapeau français

 

Le «modèle social français» est-il une composante de l'identité nationale ? Manuel Valls en est convaincu, qui livrait son sentiment devant les députés le 16 septembre [2014] : «Ce modèle n'est pas dépassé. Il est au cœur de l'identité de la nation». Notons, au passage, que l'usage de cette dernière notion ne semble plus déclencher les foudres qu'elle suscitait il y a quelques années. À l'époque, un Vincent Peillon pouvait aller jusqu'à prétendre que «La France n'a jamais parlé d'identité nationale» (Le Figaro, 26 octobre 2009).

«Notre modèle social a vécu. Il n'est plus adapté», Pierre Gattaz

Manuel Valls répondait au président du Medef, Pierre Gattaz qui, le même jour, plantait une énième pique, après une foule de toreros : «Notre modèle social a vécu, il n'est plus adapté». Avant lui, de nombreux picadors avaient déjà blessé le taureau. Parmi eux, le vice-président du Medef, Denis Kessler, déclarait au magazine Challenge en octobre 2007, qu'il fallait «défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance», source entre 1944 et 1952 du modèle social français, disait-il.

Le 12 mai 2005, le déjà candidat Nicolas Sarkozy stigmatisait l'échec du modèle social français, il n'était plus un «bon modèle social».

Sans entrer dans la confrontation sur ce qu'il est possible de conserver ou non, d'étendre ou non, des politiques de redistribution, il est certain que celles-ci s'enracinent dans un châssis mental, législatif, économique et politique français plutôt ancien et assez divers.

À qui la France est-elle redevable de son «modèle social» ?

Si le sociologue Frédéric Lebaron note que la formule est récente et que son usage généralisé date de la campagne référendaire de 2005 (revue Savoir/Agir, n° 6, 2008) peut-être faut-il remonter au grand contrôleur général des finances de Louis XIV, Jean-Baptiste Colbert. En 1991, Michel Albert, dans Capitalisme contre capitalisme prêtait beaucoup à ce ministre mercantiliste : «La tradition française, c'est le social-colbertisme : l'État qui commande l'économie au nom d'une ambition politique et d'une volonté de progrès social».

Au XIXe siècle, avant les républicains et les socialistes, le catholicisme social du vicomte Alban de Villeneuve-Bargemont, celui d'un Charles de Montalembert ou d'un Armand de Melun, tous trois députés royalistes, légitimistes catholiques, est à l'origine de la loi du 22 mars 1841 relative au travail des enfants. Entre 1850 et 1851, sous la IIe République, Armand de Melun fit adopter plusieurs lois sociales relatives aux jeunes détenus, au temps et aux conditions de travail, à l'assistance hospitalière, à l'aide judiciaire aux pauvres, aux contrats d'apprentissage.

 

un apôtre de la charité, couv

Sous le Second Empire, la «politique sociale» de Napoléon III séduisit de nombreux ouvriers, même si elle n'eut guère de réalisations concrètes à son actif.

Dans la lignée du catholicisme social, sous la IIIe République, le corporatiste chrétien Albert de Mun critique «l'avilissement du travail au rang d'une marchandise» et se pose comme un partisan de réformes sociales. Il dépasse même les républicains qui votent, avec Waldeck-Rousseau, la loi sur l'autorisation des syndicats en 1884. De Mun aurait souhaité que ces derniers bénéficient de la «faculté d'acquérir» leur permettant d'organiser à large échelle des caisses contre le chômage, la maladie et la vieillesse.

Les politiques inspirées de la «question sociale» furent partagées par un large spectre idéologique, des conservateurs aux partisans du nouvel ordre issu de la Révolution française.

Le solidarisme de Léon Bourgeois (Solidarité, 1896) insuffla aux républicains l'horizon d'une société intégrée, ne laissant personne à l'écart, une «société de semblables».

Les avancées sociales sur le temps de travail, les retraites et les allocations familiales, entre 1906 et 1919, furent le fait des républicains radicaux ou des libéraux.

le large spectre idéologique de la «question sociale»

Ainsi, les politiques inspirées de la «question sociale» furent partagées par un large spectre idéologique, des conservateurs aux partisans du nouvel ordre issu de la Révolution française.

Le Front populaire fit peut-être moins, que de Gaulle et le CNR en matière de définition d'un nouveau «modèle social».

Le 20 avril 1943, le général évoque dans un discours : «un régime économique et social tel qu'aucun monopole et aucune coalition ne puissent peser sur l'État, ni régir le sort des individus, où, par conséquent, les principales sources de la richesse commune soient ou bien administrées, ou, tout au moins contrôlées par la Nation, où chaque Français ait, à tout moment, la possibilité de travailler suivant ses aptitudes, dans une condition susceptible d'assurer une existence digne à lui-même et à sa famille (…) telle est la féconde réforme dont le pays renouvelé voudra consoler ses enfants».

programme CNR, couv
programme du C.N.R., mars 1944

Le programme du CNR, adopté le 15 mars 1944, retient, à son tour, «le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l'amélioration du régime contractuel du travail ; (...) la garantie d'un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d'une vie pleinement humaine ; un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l'État».

«Notre modèle social repose sur des principes justes», Jacques Chirac

Aucune famille politique n'est demeurée, à un moment ou à un autre, exclue de ce qui est devenu une singularité française, en Europe, en matière de redistribution et d'implication de l'État dans la pérennité et l'extension de celle-ci.

Le 19 décembre 2001, Jacques Chirac, président de la République déclarait : «Notre modèle social repose sur des principes justes auxquels nos concitoyens sont légitimement et profondément attachés.» Tous les sondages le confirment.

Et le 26 mai 2007, le communiste et ex-secrétaire général de la CGT, Georges Séguy, s'offusquait, avec un brin de fausse candeur : «comment pourrait-on admettre que la France de 1945 affaiblie par de lourdes destructions, appauvrie par le pillage systématique de l'occupant, meurtrie par les quatre années noires du régime de Vichy, aurait pu réussir ces importantes avancées sociales, alors que la France de 2007 réputée l'un des pays le plus riche du monde serait dans l'incapacité financière de respecter les conquêtes sociales issues de la Résistance ?»

Le modèle social français est donc aujourd'hui un «legs de souvenirs», un «principe spirituel», dans l'acception d'Ernest Renan (1882). Restera-t-il un «héritage à faire valoir» ?

Michel Renard
18 septembre 2014
source : FigaroVox

Michel, place de la Valette, Saint-Chamond, 3 sept 2014

 

- retour à l'accueil